Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Propagande
Karinthy Frigyes

Cinq nouvelles du maître de l'humour hongrois qui relatent les tendances populistes des hommes politiques, le conformisme de la société et dénoncent la pensée unique qui oblitère tout appréciation personnelle


Format: 10,5x15
Nombre de pages: 64 pages

ISBN: 978-2-84418-329-3

6.50 EUR
disponibilité : Sous 0 jours
Quantité :
Ajouter au panier
Propagande


M. overall (Directeur Général des Usines d'Idéologie Politique et de Fabrication de Constitutions Destinées à un Régime Susceptible de Gouverner, sonne) : Appelez-moi l'ingénieur chimiste Fuksz.
fuksz : Vous souhaitez me voir, monsieur le Directeur Général ?
le directeur : Mon cher Fuksz, en conseil de direction, nous avons décidé de lancer un nouveau produit.
fuksz : De quoi s'agit-il ? D'un brevet, peut-être ?
le directeur : Pas du tout. Pourquoi est-ce que je vous garderais si je dois en plus acheter des brevets pour lancer un nouveau produit ? À présent, vous allez gentiment descendre au laboratoire pour me concocter une bonne petite potion avec ce que vous trouverez sur place. N'oubliez pas d'y mettre un peu d'utilité sociale, un peu de défense de la race, quelques gouttes de néocapitalisme, de technocratie, de la revalorisation économi­que, un concentré de forces nationales diluées avec du paneuropéanisme. Je vous fais con­fiance pour le reste.
fuksz : De l'antisémitisme ?
le directeur : Uniquement pour l'arôme, avant de servir. Quand ce sera prêt, demandez l'aide de monsieur le rédacteur Gőtefi pour qu'il trouve un nom qui claque : Communisme musulman ; Patriotisme biochimique, un truc dans le genre. Rafaelson, le chef du département « Iconographie », ira dénicher au musée un logo accrocheur. Faites venir le chef de la propagande. (Exit Fuksz).
le chef de la propagande : Vous souhaitez me voir, monsieur le Directeur général ?
le directeur : Mon cher Wolf, nous lançons un nouveau produit. D'ici une demi-heure, je vous passerai un coup de fil pour vous dévoiler son nom. Dans les six prochains mois, il faudra balayer tout le marché ; d'ici un an, je veux disposer d'un parti susceptible de gouverner avec la majorité, une section d'assaut armée, une arrière-garde culturelle, une presse, des ouvrages philosophiques et scientifiques de référence. Vous êtes prié de prendre le pouvoir à la première occasion.
wolf : Où ?
le directeur : Je l'ignore pour le moment. Là où il y aura une vacance. En Angleterre, en Allemagne, en Norvège... Il va de soi qu'on ne doit s'intéresser qu'aux grandes puissances, ce n'est même pas la peine de livrer le produit dans les petits pays, ce serait en pure perte. Par conséquent, soyez vigilant, mon cher Wolf. Sitôt que monsieur Fuksz sera prêt, on lancera la propagande, peut-être même dès demain ? Le chef du département « Production d'idées » mettra immédiatement ses employés au travail, dix heures par jour, pour que les écrivains travaillent ! On formera le bureau du parti et mettra en place des assemblées populaires dès la semaine prochaine. Lampions, défilés et manifestations chaque mois, avions, brassards, banderoles, affiches et escadrilles en liaison avec les grandes villes de province, quelques martyrs, un contrôle statistique, des calculatrices, des tenailles et des brodequins. Ah oui ! et puis relancer la fabrication de galets artificiels.
wolf : Des galets artificiels ?
le directeur : Bien sûr ! pour casser les carreaux. Que les fabriques de textile se tiennent prêtes à confectionner principalement des chemises ; on en déterminera la couleur ultérieurement. Merci, mon cher Wolf, revenez demain pour la prochaine instruction.
wolf (se prosterne et se retire. Il s'arrête à la porte) : Excusez-moi, monsieur le Directeur général... et le chef ?
le directeur : Le chef ?
wolf : Oui, le chef du mouvement, l'Artisan du Destin, l'Homme Providentiel, le Messie d'aujourd'hui autour de qui va se cris­talliser le nouvel Enseignement, la Main de fer, le futur Dictateur ?
le directeur (se frappe le front) : Vous avez raison, je l'ai encore oublié ! Hum... est-ce qu'il y a quelqu'un en bas, au département ORL ?
wolf (téléphone) : Allo, Docteur... est-ce que vous avez des cas intéressants dans votre cabinet ? Rien que deux ? De quoi ont-ils l'air ? Oui ? Lequel est le plus vendeur ? Le blond ? Dans ce cas, faites monter le blond. (Il raccroche).
le directeur : Restez là, mon cher Wolf.
wolf : À vos ordres, monsieur le Directeur général
le jeune homme blond (humblement) : Mes respects, monsieur le Directeur général.
le directeur (lui jette un bref regard) : Hum... Il n'est pas mal fait de sa personne. Il faut qu'il prenne un peu de poids. Tessiture ?
le jeune homme blond (pétri par le trac) : Baryton.
le directeur : Chantez-nous quelque chose.
le jeune homme blond (fait des vocalises) : Dorémifasollasido...
le directeur : Merci. Et la voix ? Attendez... lisez-nous quelque chose... il y a un livre là-bas...
le jeune homme blond (près de la table, embarrassé) : L'indicateur des chemins de fer ?
le directeur : Aucune importance, lisez !
le jeune homme blond (avec emphase, hurlant à la fin d'une voix éraillée) : Kiskunfélegyháza, Dantzig, Prague, Munich, correspondance, wagons-lits, wagon-restaurant, liaison directe pour l'aéroport... dix heures vingt-six !
le directeur : Merci, je crois que ça fera l'affaire... (Au téléphone). Attendez un instant. Monsieur Fuksz annonce qu'il arrive d'une minute à l'autre, vous allez peut-être pouvoir tout de suite réceptionner les...
fuksz (arrive en courant) : Ça y est, monsieur le Directeur général ! (Il brandit son porte-documents).
le directeur (mouvement de tête approbateur) : Bravo ! ça c'est du rapide. Soyez concis, on s'occupera des détails ultérieurement. Quel est l'axe du nouveau projet constitutionnel du programme du parti ?
fuksz (avec fierté et modestie) : Je crois que c'est assez original. Nous exigeons l'égalité totale pour les blonds. Pour devenir fonctionnaire, il faudra impérativement avoir une verrue sur le nez. Nous ne tolérerons pas les cals aux pouces et les oreilles poilues devront s'exiler. Les motards et les pisciculteurs, des agents provocateurs qui sont directement à l'origine et la cause de la future guerre mondiale, devront être déchus de leurs droits civiques, et l'État pourra éventuellement confisquer leurs biens.
le directeur (acquiesce) : Très habile. Surtout les pisciculteurs, c'est bien trouvé... (Au jeune homme blond). Vous avez entendu... euh... comment vous appelez-vous déjà ?
le jeune homme blond : Butler.
le directeur : Donc, monsieur Butler... vous avez entendu le programme... Improvisez-nous quelque chose là-dessus... Euh... Monsieur Fuksz, faites donc rouler ce tonneau jusqu'ici...
butler (saute sur le tonneau et se lance dans un discours véhément) : « Voyez vous-mêmes, mes chers camarades, dans quelle déchéance les honteuses manigances des pisciculteurs ont plongé ce pays... Ce cancer purulent sape pernicieusement les espoirs d'un peuple fier et libre ; il voudrait noyer notre puissant mouvement dans les marécages de la subversion dévastatrice... mais nous savons où trouver la gorge maudite du poisson putréfié, et la hache de la révolte glorieuse d'une jeunesse à l'orgueil blessé viendra trancher son cou honni pour le détacher du tronc avant qu'elle n'infeste le monde. Criez avec moi : à bas les pisciculteurs ! à bas les motards ! Vive l'altière Verrue, symbole de rédemption et phare radieux d'un pays qui a tant souffert, l'Union des Distillateurs de Marmelades et les Syndicalistes Électrotechniques ! »
le directeur (il applaudit mollement) : Merci, vous pouvez rester. Vous recevrez mes instructions demain. (Il salue). Merci messieurs. D'ici un an, sous la conduite de monsieur Butler, notre entreprise livrera le nouveau produit au plus offrant.

Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Produits similaires
  • Eternelle jeunesse des nuages (L')
    13.00 EUR
  • Tout autour de Simone
    13.00 EUR
  • Je ne suis pas un monstre
    13.00 EUR
  • Ce monde en train
    10.00 EUR