Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
77 poèmes et des poussières
Cousin Olivier

Dans ce nouveau recueil, Olivier Cousin réitère sans équivoque ses lettres de créance. Plus que jamais, il définit sa poétique comme une stratégie de survie temporelle, laissant, de fait, entendre que toute littérature véritable s'écrit à rebours du temps. Ainsi voyons-nous prendre forme la vérité d'un langage vigoureux et limpide qui constitue le meilleur refus que nous puissions opposer à l'écoulement de la durée, toujours si restreinte dans notre cas d'humbles mortels.


Format: 12x17
Nombre de pages: 128 pages
ISBN: 978-2-84418-255-5

Année de parution : 2012
13.00 EUR
disponibilité : Sous 10 jours
Quantité :
Ajouter au panier

Refus du long cours

Joindre l'utile au déplacement
Joindre deux bouts de continent
que des kilomètres séparent
des coutumes éloignent
l'humanité relie
Joindre les recoins reculés
aux espaces intérieurs
Sauts de puce
à la courte échelle du vivant
à ma convenance

Pas tout à fait prêt
je diffère le seul vrai périple
au long cours
Joindre les deux pieds
pour le grand saut
Joindre à l'infini
quatre planches
à claires-voies
autour de mon espace vital

 

POETIQUE DU TGV

 À Hervé C.

1

Technologie fuselée
électronique sur coussin d'air
qui désenclavent
propices à la pensée parcellaire
transformée en écriture de haute précision
et flot bleuté d'encre
dans le carnet de voyage
À ce train-là mes neurones vont griller
comme si la muse des caténaires
soufflait en fleubleubleu
les milliers d'années de secrets
enfouis dans le ballast

 

2

Les caténaires frétillent
sous la touche du vent
ou le cheminement des électrons
je ne sais finalement
Un peu comme un clavier
dont les touches en ligne
s'étalent pour composer
- Garamond 12 bas de casse -
des kilomètres d'aventure
à l'usage de qui se dépayse
de soi les yeux fermés

 

DOMICILE A FIXER

Je n'habite pas à l'adresse indiquée
J'aimerais tant
aimer davantage
être chez moi
quelque part Quai des Départs
- c'est mon adresse imposée
Mais je quitte mon pied-à-terre
par toutes les voies possibles
tant je redoute
de me voir en face
seul entre trop d'yeux que je connais
Une fois le retour sur soi effectué
de mon domicile Quai des Départs
m'échappe le numéro exact
et je finis par ignorer mon adresse
 - un, dix Quai... ?

 

DANS LA MOTTE

Nuages en synapses
entre ciel terre et chair
Le soleil insinue ses rayons
diffuse sa chaleur
au creux des cosses de pois
et de mes jointures
Journée idéale pour descendre
visiter le monde à l'envers
(celui du lombric de Norge)
Pas de panneau à l'entrée
Trois pas sous la motte
l'ombre du doute s'éloigne
Un seul danger
enjamber proprement
le fossé du diable

Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Articles conseillés
  • Sous un ciel sans paupière
    13.00 EUR
Produits similaires
  • Voisinage du vent
    13.00 EUR
  • Jours lâchent leurs porcelaines (Les)
    13.00 EUR
  • Donne-moi de l'eau pure
    13.00 EUR
  • Roman de Tristan (Le)
    14.00 EUR
  • Janvier
    10.00 EUR
  • Haikus le long des chemins
    12.00 EUR
  •  
  • En marchant vers la haute mer
    14.00 EUR
  • Patiente variation
    13.00 EUR
  • Intérieur des terres (L')
    13.00 EUR
  • Manière d'extase (Une)
    13.00 EUR