Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Feux
Quéré Julie

Julie Quéré avant Feux contemplait déjà le Large, à la pointe du Cotentin, et eût pu dire avec Marina Tsvétaïéva :
De mes vers, écrits si tôt
Que je ne me savais pas poète (...)
Mais chez elle les vers jaillirent comme l'eau âpre du ressac sous l'éclat calamistrant des balises. Tenue par l'urgence, Julie n'aura pas attendu d'autres incarnations, dans la région des formes ou des leurres. Pour le novice comme à tout âge, il n'est jamais plus tard que minuit. C'est que la parole advient parfois toute nue, prête à l'usage étrange du silence, arme fragile tournée contre la statuaire de glace qui nous cerne et nous étreint. Kafka plus simplement disait : « Écrire doit être la hache qui brise la mer gelée en nous. »
Hubert Haddad


Format: 12x17
Nombre de pages: 480 pages
ISBN: 978-2-84418-161-9

 

Année de parution : 2000

 

12.00 EUR
disponibilité : Sous 10 jours
Faites votre choix :
Quantité :
Ajouter au panier
Les feux isophases

Au début du voyage, il y a un phare. Imperturbable, soixante et onze mètres au-dessus de l'eau, salée, écumeuse. Deux générations en dessous du ciel. Elle. Griffée un lundi premier d'hiver humide, dans une petite ville mouillée d'un bout d'Ouest. Fades façades et fantômes. Petite bourgeoisie de pacotille. Elle se faufile et glisse entre le clapotis de l'eau, dans le claquement des mâts. Lente berceuse entêtante. Opportunisme des saisons. Elle s'allonge, culture en soute, solitude en bagage. Engraissée aux mots. Souvent elle se cogne. À vif, les griottes tombent des biscottes au fond du bol de chocolat. Alors elle s'absente. Le vent souffle. De la chevelure pieuvrante à l'air libre, aux pieds juste posés sur la surface sableuse. L'iode rougit les joues, entre par les pores et prend la tête enfin, le corps entier. À son anniversaire, son père lui offre un dictionnaire. Elle trempe ses mouillettes dans le jaune. Elle découvre certains de ses miroirs. Ils l'accompagnent. Elle fait de ses prunelles des confitures. Il n'y a pas de mot pour un autre. Alors souvent elle se tait. Parfois son être est un ailleurs. Elle est au dehors, enfermée dehors. Nue.

 


Elle tombe d'un homme. Tic. Elle ouvre sa fenêtre. Elle attache ses cheveux. Les frontières disparaissent en pointillés. Elle touche les limites raisonnables. Faramineux remue-ménage. Qu'y a-t-il au-delà des couches de poussières ? Il lui donne des cartes mais pas de jeu. Ondes courantes d'air. Rigueur du détail. La radio la traverse. Le sommeil l'a oubliée. Dehors est devenu un supplice. Il faut pourtant partir où elle pourra risquer la vie. Ses affaires sont prêtes. Elle boit son eau. Elle éloigne l'inconséquence de ses gestes. Un sac aura suffi. Une autre guerre se joue dont elle n'a pas conscience. Faisceaux imaginaires. Au jour trop tard. Tac. Rien ne sera plus comme avant. Elle relève la tête, en morceaux. Elle connait désormais la folie du jour. Ses racines poussent et prennent ancrage. La pudeur vient. Les heures passent autour de la mappemonde illuminée. L'instinct aiguillé. Elle se rapproche du centre. Elle se mûrit de chaque seconde. Il y a peu de repos. Le travail ne s'arrête jamais. Le ciel mène à l'essence. À ce moment de l'histoire, c'est une jeune femme sans âge. Et dans son corps, le sémaphore.Je n'ai pas de conversation. Je n'en aurai jamais. Je n'en veux pas. Enfant, j'ai seulement appris à réagir. éduquée à l'inessentiel. Alors je désapprends. Ce soir je peux planter mes yeux dans tes paupières fuyantes. Fini ce soir les à la ligne du poème. Fini ce soir la culture du passé. Les fuites reviennent vite, mais en conscience. Les mains sur le visage chassent une fatigue ancienne. Je sais que cette nuit je ne dormirai pas. Les mains chassent les cheveux en arrière. Lorsqu'elles arrivent sur le front, je sens une petite douleur, bosse récente, quand la tête toucha la pierre. Roche du pays brumeux, caillou d'une terre balayée par la mer. Pas de retour en arrière, pas de perspective. Les nèfles sont déjà blettes. Voilà où nous en sommes. Certitude, constat et la bouche se pince. Larmes aux yeux auxquelles vous n'accorderez rien. Encore moins le regard. Quand elle boit une gorgée, l'œil tombe sur l'interstice d'entre les poutres. Ce vieux crépi repeint. Connaître la finitude, le reste est un cadeau. Parfois méprisant. Même pas peur. Elle reprend un verre. Parfois elle cherche un mot. Limbes. Il échappe. Froid. Monte chercher une laine. Se croise dans le miroir de la porte. Elle ne se dit rien avec le front dégagé. Avec les cicatrices nombrables. Une lui barre la joue. Le gilet de ta mère est toujours là. J'enfile. Pierrette. Tes projections et mon amour. Avale une gorgée qui fait sentir le bout. La langue. Aller pisser. Tirer la chasse. Relever le loquet. Toute la vie n'y suffira pas.

Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Produits similaires
  • Donne-moi de l'eau pure
    13.00 EUR
  • Roman de Tristan (Le)
    14.00 EUR
  • Janvier
    10.00 EUR
  • Haikus le long des chemins
    12.00 EUR
  • En marchant vers la haute mer
    14.00 EUR
  • Patiente variation
    13.00 EUR
  •  
  • Intérieur des terres (L')
    13.00 EUR
  • Manière d'extase (Une)
    13.00 EUR