Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Haikus le long des chemins
Botturi Marie
Le haïku, genre littéraire japonais, petit poème de trois vers de 5/7/5 syllabes, est maintenant connu partout en Occident.

Centré sur un instant privilégié, où la vie est captée dans un moment de grâce, où l'esprit fait halte au seuil d'un poème, il n'est pas exagéré de dire que le haïku est aussi un exercice spirituel.

Insouciance et attention, abandon et éveil, telle est la voie du haïku. S'appuyant sur le concret, l'intuition, il s'ouvre sur l'invisible insaisissable et éternel.

Ainsi, le long des chemins de la petite Sologne, dont elle est originaire, Marie Botturi est aux aguets, attentive à la splendeur et à la beauté de toutes choses, où murmurent les enseignements mystérieux de la nature.


Format: 12X17
Nombre de pages: 80
ISBN: 978-2-84418-194-7

 

Année de parution : 2010

 

 

12.00 EUR
disponibilité : Sous 10 jours
Faites votre choix :
Quantité :
Ajouter au panier
Petits pois nouveaux,
grand vert tendre dans la jatte,
le printemps en bouche.

 

C'est frais sous les pieds.
De grandes fleurs s'ensoleillent
dans les prés tout verts.

 

J'arrose des plants,
la terre coule un doux chant
dans le crépuscule.

 

Collants, tout marron
les bourgeons des marronniers,
l'enfance à nos pieds.

 

Fin d'après-midi,
je marche avec le soleil
glissant dans son nid.

 

Pétales de neige
sur les doux bourgeons des aulnes,
blanc de l'origine.

 

Pommier tout en fleurs
sur horizon de ciel bleu,
estampe orientale.

 

Eau toute ridée,
nénuphars tout refermés,
feutre du silence.

 

Rives reverdies,
poisson qui happe le ciel.
Le monde s'éveille.

 

Lumière au galop,
escarbilles de printemps.
L'eau rit dans le vent.

 

Sur fond de ciel bleu
la frondaison japonaise
tisse des fils verts.

 

Les grands iris bleus
m'enivrent d'une paix dense
dans l'aube diaphane.

Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Articles conseillés
  • Merveille de l'ordinaire (La)
    13.00 EUR
  • Marie-Madeleine du village de Magdala
    13.00 EUR
  • Semailles du vent (Les)
    15.00 EUR
Produits similaires
  • Voisinage du vent
    13.00 EUR
  • Jours lâchent leurs porcelaines (Les)
    13.00 EUR
  • Donne-moi de l'eau pure
    13.00 EUR
  • Roman de Tristan (Le)
    14.00 EUR
  • Janvier
    10.00 EUR
  • En marchant vers la haute mer
    14.00 EUR
  •  
  • Patiente variation
    13.00 EUR
  • Intérieur des terres (L')
    13.00 EUR
  • Manière d'extase (Une)
    13.00 EUR
  • Passage intérieur (Le)
    13.00 EUR