Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Janvier
Blanchon Philippe

Cycle narratif en 9 parties, écrit en vers de 1993 à 2008, augmenté de poèmes écrits avant 1991 et repris quinze ans plus tard.

 

 


Format: 12x17
Nombre de pages: 62 pages
ISBN: 978-2-84418-178-7

 

 

Année de parution : 2009

10.00 EUR
disponibilité : Sous 10 jours
Faites votre choix :
Quantité :
Ajouter au panier
fleuve qui ceint le front
couronne et miroir comme il va
quand les pierres furent montées
- barrage accouchant
de la ténacité du saumon -
et les eaux courent maintenant
vers l'arrière


ensommeillés ils se redressèrent
par éclairs et troubles
jeûnant quelques heures
dans cette unique circonstance
car la chute fut profonde
et tout langage inutile


cette voix
fut de ne pas décourager
malgré le rugueux sommeil
mais de refuser
car sans le refus
à laquelle elle fut soumis
sa part n'aurait été
que l'encouragement
à l'ossification des mythes
les cours aimés jadis


la course en son unique
sens contre l'inutile courage
mais proches pourtant
ceux qui partirent
laissant
les silencieux bavards
dans leur fonction de chef d'état


et dans ce départ
voir la seule réalité
départ de la mer
la main d'isis et
quelques marins
se fichant dans les vagues


dors une heure
parfois il suffit :
la meute est au loin
car nul homme ne meurt ici
pas encore pas totalement
après cela elle payera cher
pour cirer les meubles
et s'user les genoux


cécité du drapeau
qui se fige à l'angle
de la colline justifiant
la ville et son port inondé
par le soleil de janvier
enfin la nuit tomba
brisant mars en sa course


face aux monts
et à la géométrie de leurs intérêts
il œuvra
à la mémoire d'une femme
- elle était chair pour tous -
et dans la plaine
on préparait l'échafaud

Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Produits similaires
  • Voisinage du vent
    13.00 EUR
  • Jours lâchent leurs porcelaines (Les)
    13.00 EUR
  • Donne-moi de l'eau pure
    13.00 EUR
  • Roman de Tristan (Le)
    14.00 EUR
  • Haikus le long des chemins
    12.00 EUR
  • En marchant vers la haute mer
    14.00 EUR
  •  
  • Patiente variation
    13.00 EUR
  • Intérieur des terres (L')
    13.00 EUR
  • Manière d'extase (Une)
    13.00 EUR
  • Passage intérieur (Le)
    13.00 EUR