Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Silence hôpital
Tanguy Pierre
Dans une centaine de textes courts inspirés du haïku et accompagnés de photos personnelles, l'auteur nous parle de l'hôpital, de la douleur, de la souffrance. Il nous livre ici une palette d'impressions inédites sur le vécu des malades, de leur entourage et sur celui du personnel hospitalier.

« On voit ici que l'attention aux choses manifestée par le poète agit comme un baume salvateur sur la douleur dont le milieu hospitalier est le théâtre habituel. Le poème affirme que le monde continue de vivre alentours y compris dans sa beauté. En dépit ou à cause de la souffrance ».
                                                                                                        Georges Guitton (extrait de la postface). 


Format: 12 x 17
Nombre de pages: 96 pages
ISBN: 978-2-84418-334-7

Année de parution : 2017

13.00 EUR
disponibilité : Sous 20 jours
Quantité :
Ajouter au panier
Goutte-à-goutte
le temps
à l'hôpital








Zone stérile -
les fleurs aussi
doivent rester à la porte








Les chats divaguent
autour des poubelles -
pitances hospitalières
Frôlant l'hôpital
le train vert apporte
l'air de la campagne








Montant vers le bloc opératoire
vouloir prolonger
le temps d'ascenseur
L'heure de l'opération
et dehors
un ciel si bleu








Au-dessus des toits
ignorée des malades
la pleine lune








Pas de lune
dans les flaques d'eau
ici pas de flaques
L'aiguille dans la veine -
le sang bleu
soudain rouge








Près du lit
le soleil couchant
dans les poches de perfusion
En robes de chambre
à l'abri de la pluie
leur première bouffée








Allée bleue -
bienvenue à l'hôpital
de briques rouges








Automne brûlant -
les feuilles de peupliers
tombent épuisées
Si fortes
les cloches d'un enterrement
un chien aboie








Une femme en peignoir -
 la pointe rouge
de sa cigarette
Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Produits similaires
  • Voisinage du vent
    13.00 EUR
  • Jours lâchent leurs porcelaines (Les)
    13.00 EUR
  • Donne-moi de l'eau pure
    13.00 EUR
  • Roman de Tristan (Le)
    14.00 EUR
  • Janvier
    10.00 EUR
  • Haikus le long des chemins
    12.00 EUR
  •  
  • En marchant vers la haute mer
    14.00 EUR
  • Patiente variation
    13.00 EUR
  • Intérieur des terres (L')
    13.00 EUR
  • Manière d'extase (Une)
    13.00 EUR