Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Une poignée de jours lumineux
Colleu Jean-Pierre

Qui est cet être qui ne se partage pas (entre ceci et cela, l’est et l’ouest, tel ou tel visage…), qui cherche à nouer harmonieusement en lui les bouts de fils, les bouts de connaissance qu’il glane chaque jour à sa mesure, pour sa gouverne, qui se retrouve finalement à faire sa vie avec tout cela, si petit ou si vaste, avec la beauté au bout du chemin ? Et comment le nommer ?
Ce questionnement a commencé avec Une manière d’extase et s’est prolongé dans Le passage intérieur. Dans ce troisième recueil, autour des mêmes étoiles, des mêmes figures, une réponse est envisagée. Elle ressemble fort à une prière, une invitation, un vœu qui demanderait à chacun d’entre nous de réaliser qu’elle aussi, lui aussi est cet être qui aspire à vivre pleinement, en pleine lumière.


 

Format: 12x17
Nombre de pages:80 pages
ISBN: 978-2-84418-371-2

Année de parution : 24 avril 2018 

 

13.00 EUR
disponibilité : Sous 0 jours
Quantité :
Ajouter au panier
Je crois que nous venons au monde avec le sentiment qu'il nous manquera des pères et des mères au cours de notre existence. Mais cela ne nous brise pas le cœur, sans doute parce qu'il est alors d'une tendresse infinie. Et puis nous oublions, tout à la joie, à l'étonnement d'éblouir le visage de nos proches, qui s'appliquent pour nous à rendre les choses éternelles.


On est proche
De nos autres vies
On les regarde plus que soi-même
à la campagne

 

 

On voit les ruisseaux
Rafraîchir
Les chevilles blanches des anciens

 

 

On entre dans la cabane
Une autre personne en sort
Parfois personne

Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Produits similaires
  • Voisinage du vent
    13.00 EUR
  • Jours lâchent leurs porcelaines (Les)
    13.00 EUR
  • Donne-moi de l'eau pure
    13.00 EUR
  • Roman de Tristan (Le)
    14.00 EUR
  • Janvier
    10.00 EUR
  • Haikus le long des chemins
    12.00 EUR
  •  
  • En marchant vers la haute mer
    14.00 EUR
  • Patiente variation
    13.00 EUR
  • Intérieur des terres (L')
    13.00 EUR
  • Manière d'extase (Une)
    13.00 EUR