Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Apologie du cannibalisme
Gourmont Remy
Remy de Gourmont (1858-1915) se plaît à dissocier les idées. Sa méthode est infaillible. Elle ambitionne de déboulonner le solide échafaudage des idées préconçues, des clichés et de la pensée unique dans une volonté très socratique de réveiller les consciences et susciter la réflexion. L'Apologie du cannibalisme en est un exemple très frappant. Gourmont s'ingénie à cultiver les idées et le paradoxe. Romancier, poète, philosophe, penseur libre et critique, l'œuvre de Gourmont est aussi variée que volumineuse. Il emprunte à tous les genres littéraires et exerce sur ses contemporains, tant en France qu'à l'étranger, une pesante et salutaire influence.

Format: 10,5x15

Nombre de pages: xx pages -
ISBN: 978-2-84418-306-4

Année de parution : 2015

 
6.00 EUR
disponibilité : Sous 0 jours
Quantité :
Ajouter au panier
 Apologie du cannibalisme
 
La science vient de réhabiliter les anthropophages. Elle ne s'est pas mise pour cela, disons-le, au point de vue moral. Ses considérants sont d'ordre purement physiologique. On a souvent attribué le cannibalisme au défaut, chez certaines tribus, de nourriture animale, par la rareté des bêtes domestiques ou sauvages. On y a vu aussi, soit un geste de vengeance, soit un acte de gourmandise. Aucune de ces suppositions n'est tout à fait inexacte, mais aucune ne donne la cause fondamentale du cannibalisme. Cette coutu­-
me (désagréable surtout pour ceux qui sont mangés) a très probablement, comme d'au­tres usages moins fâcheux, une origine magique.
Manger d'un homme, c'est s'approprier une partie de la force de cet homme, c'est augmenter sa vie en absorbant une vie humaine toute formée. Plusieurs religions anciennes avaient adopté cet usage, en substituant à la manducation de l'homme la manducation de l'animal, totem ou dieu de la tribu. Après avoir été mangé par ses fidèles, auxquels il avait communiqué quelque chose de sa divinité, le dieu ressuscitait tout naturellement, en attendant le prochain sacrifice annuel. La communion sym­­bolique des fidèles de Mithra, celle des disciples de Jésus, deux religions contemporaines, n'est point basée sur un autre principe. « La chair et le sang », disent formellement les chrétiens, ou du moins ceux qui ont conservé la vraie tradition primitive. Il est d'ailleurs certain que, par un phénomène assez curieux d'auto-suggestion, la communion eucharisti­que fortifie singulièrement le moral des croyants et qu'elle va même jusqu'à relever leurs forces corporelles. L'Indien cannibale, en savourant la cervelle de son ennemi vaincu, éprouvait un bien-être analogue. Seulement, explique-t-on maintenant, tout n'était pas illusion dans la satisfaction de l'anthropophage. En effet, la viande humaine qu'il dévorait s'assimilait plus facilement à son organisme humain. Manger de son semblable, c'est absorber une nourriture spécifique et, si l'on peut dire, idéale. On sait d'ailleurs que les sérums agissent avec plus d'efficacité s'ils proviennent d'un animal de la même espèce.
On a fait de régulières expériences avec des grenouilles. À poids égal, et quoique la viande de boucherie soit beaucoup plus nourrissante, la chair de grenouille a, bien mieux que du veau ou du mouton, entretenu et même augmenté le poids des batraciens. M. de Varigny a conté cette histoire avec autant de science que d'esprit, et il conclut que cela réhabilite l'anthropophagie, du moins théoriquement.
Je n'ose ajouter que ce genre d'alimentation, similia similibus, conviendrait admirablement aux estomacs fatigués ou délicats, aux tuberculeux qui ont besoin d'assimilations abon­dantes et rapides, aux petits mangeurs, à tous ceux auxquels un travail sédentaire et appliqué défend les nourritures lourdes et de digestion lente.
Pour avoir des résultats encore plus favora­bles, il faudrait même tenir compte des races, des variétés. Ainsi les Japonais auraient beau­coup plus d'avantage à se manger entre eux qu'à manger des Russes. J'espère qu'on me dispensera d'exemples plus familiers et aussi qu'on voudra bien ne pas prendre mes con­seils tout à fait à la lettre, comme le fit, naguère, une lectrice qui, troublée par l'exposé de la mutation brusque, m'écrivait ne pouvoir admettre que le premier homme fût né, en une nuit, ainsi qu'un champignon. Je l'ai rassurée, tout en réfléchissant sur le danger des métaphores et des analogies.
C'est en se livrant à la méditation des analogies naturelles que Jean-Baptiste Porta, savant napolitain du seizième siècle, avait imaginé une sorte d'anthropophagie symbolique appliquée à la guérison des maladies et à l'hygiène générale. Le principe de Porta était bien l'anthropophagie, mais comme il ne voulut pas donner à ses contemporains de mauvais conseils, il tourna la difficulté par un procédé inconnu. On se souvient peut-être qu'il y a quelques années Brown-Séquard et Landouzy imaginèrent l'opothérapie, il y a sans doute encore dans le commerce un sérum destiné à fortifier les fonctions génératrices et qui est fabriqué avec des parties d'organes générateurs. Porta, plus simplement, disait : Mangez des racines d'orchidées, lesquelles ressemblent à des testicules ; vous ne pouvez manquer d'y trouver une agréable revigoration. La nature, qui ne fait rien en vain, n'a point ordonné sans but ce simulacre végétal. Mangez et procréez. Il disait encore guérir les maux de tête en faisant manger des noix, parce que les noix éplu­chées ont figure de petites cervelles.
Voilà une anthropophagie bien innocente. La manducation même n'était pas toujours nécessaire. La bourrache, l'aster, l'aconit, la pâquerette ressemblent, si l'on veut bien, à des yeux. Donc elles guériront, en infusion, les maux d'yeux. Dans le même cas il est bon de brûler des plumes de paon, lesquelles sont couvertes d'yeux. Il suffira même, pour s'éclaircir la vision, de bien serrer dans sa main une pierre d'onyx, laquelle est appelée également œil de chat. Un bon et vrai cannibale, pour se fortifier la cervelle, picore la cervelle de sa victime ; on voit quel progrès représente la méthode ingénue de Porta. Celle de M. Brown-Séquard était plus naturaliste. Ajoutons-y celle des grenouilles pour représenter le cannibalisme intégral et con­tinu. Cela nous donnera quatre systèmes, probablement aussi chimériques les uns que les autres.
Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Produits similaires
  • Bal des mouettes (Le)
    13.00 EUR
  • Chats (Les)
    17.00 EUR
  • Plume - Lettre à un chat disparu
    12.00 EUR
  • Ca va aller
    12.00 EUR
  • Khalil l'hérétique
    12.00 EUR
  • Dieux de la Terre (Les)
    8.00 EUR
  •  
  • Mon Liban, suivi de Satan
    9.00 EUR
  • Canal à pied de Nantes à Brest (Le)
    13.00 EUR
  • Passage aux Iles Féroë
    15.00 EUR
  • Marcher des jours entre l'écume et la dune
    12.00 EUR
  • Promeneur secret (Le)
    15.00 EUR
  • Madone aux vers luisants (La)
    13.00 EUR
  •  
  • Sueur de sang
    18.00 EUR
  • Poèmes en prose
    13.00 EUR
  • Sang du pauvre (Le)
    15.00 EUR
  • Méditations d'un solitaire en 1916 (Les)
    15.00 EUR
  • Salut par les juifs (Les)
    14.00 EUR
  • Merveille de l'ordinaire (La)
    13.00 EUR
  •  
  • Marie-Madeleine du village de Magdala
    13.00 EUR
  • Chocs des ondes
    14.00 EUR
  • Une question de temps
    13.00 EUR