Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Merveille de l'ordinaire (La)
Botturi Marie

Dans ma petite Sologne, c'est vers la mi-mai, ou avant, qu'on assiste au retour du lilas et de la glycine. Partout règne l'or et la gloire des joncs. Les chênes portent leur jeune feuillage vert émeraude foncé, au-dessus du vert tendre des nouvelles fougères. Il y a des myosotis dans les prés.
Sous la forme de courts récits où domine la présence de la nature, au fil des souvenirs, d'impressions de la rue... La merveille de l'ordinaire exprime la beauté silencieuse du monde, en dépit des violences et des injustices.
Le bonheur se situe ici dans l'infime ordinaire de tous les jours, dans ce qui est accordé à l'instant où réside l'unité. L'important n'est pas le sens de la vie, mais d'aimer. Pas de certitudes. Seule la promesse de la terre.


Format: 12x17
Nombre de pages: 128 pages
ISBN: 978-2-84418-102-2

 

Année de parution : 2006

 

 

13.00 EUR
disponibilité : Sous 10 jours
Faites votre choix :
Quantité :
Ajouter au panier
Au frais muguet

La senteur fraîche du muguet pique mes narines, s'élève jusqu'à mon cerveau, irradie tout mon coeur. Je frissonne. Des rayons de lumière traversent la fenêtre, tintent sur les grêles clochettes. Le printemps est là, plus vigoureux chaque jour, qui appelle les hirondelles frileuses, endormies sous des miettes de froid matinal.
Mon bouquet de muguet, c'est mon père qui l'a cueilli au jardin, dans notre petite Sologne, une heure avant le départ de mon train. Délicatement ma mère a entouré les tiges dans un morceau de papier d'aluminium :« Comme ça, il se conservera mieux », a-t-elle dit en souriant. Ce qui est sûr, je le sais d'expérience et d'avance je m'en réjouis, c'est qu'il tiendra beaucoup plus longtemps que celui qu'on achète à la capitale. Même l'odeur diffère, plus intense, comme les fleurs qui ont poussé lentement, naturellement, à leur temps, en pleine terre.
Blanc immaculé, vert tonique, mon fringant muguet se pavane gaiement dans un vase étroit et transparent, où filtre la lumière de plus en plus alerte. Le café fume et je tressaille de joie dans ce petit coin de paradis. Le monde est neuf, une nouvelle fois, comme chaque printemps, chaque matin, chaque instant. Je le bénis des yeux, les mains vides, dans le bonheur qui nous vient de l'attention aux petites choses.

Comme presque chaque année, auprès de mon frais muguet, tandis que je lis sur la table de la cuisine, juste après le petit déjeuner, une vingtaine de pages d'un recueil de poésie et quelques passages de la Bible, j'éternue vivement à plusieurs reprises. Le signe ne me trompe pas : je couve un rhume. La nuit qui suit, à moitié endormie, la gorge enflammée, j'avale douloureusement ma salive. Au matin, la tête vaseuse, une écharpe de laine autour du cou, je retrouve mes fleurs allègres, aussi pimpantes que les jours précédents. La lumière coule en filets d'averse sur la table, les murs. Mes jambes vacillent, une étrange tristesse se glisse en moi, mêlée d'une joie ineffable.
L'haleine doucement glacée qui se dégage du bouquet me tourne la tête et la gorge me brûle. C'est insoutenable, il me faut repousser le vase, le temps de prendre mon petit déjeuner.
Ces matins-là, je le sais, je n'aurai pas de plaisir à lire - tout juste pourrais-je écrire - et, dans quelques jours, dans une semaine voire plus, quand j'irai mieux, mes fleurs seront fanées. Pendant une semaine, je le sais, je ne prendrai plus part au renouveau de la saison, je n'aurai plus de joie à couper le pain frais, à manger une pomme fruitée, à écrire. Et cependant, dans cette frustration, je le sais encore, le monde résonnera en moi, à mon insu, et tout me sera redonné avec une joie décuplée, précieuse, infiniment. Le temps du muguet déjà fini, l'acuité de son souvenir aiguisera mes narines, avivera mes sens puis, avec une ferveur attendue et inespérée, la fragrance enivrante du lilas inondera les beaux jours du mois de mai, et ma plume, alerte, tressaillera de plaisir sur mes feuilles blanches de printemps.

Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Articles conseillés
  • Marie-Madeleine du village de Magdala
    13.00 EUR
  • Semailles du vent (Les)
    15.00 EUR
  • Haikus le long des chemins
    12.00 EUR
Produits similaires
  • Sueur de sang
    18.00 EUR
  • Poèmes en prose
    13.00 EUR
  • Sang du pauvre (Le)
    15.00 EUR
  • Méditations d'un solitaire en 1916 (Les)
    15.00 EUR
  • Salut par les juifs (Les)
    14.00 EUR
  • Marie-Madeleine du village de Magdala
    13.00 EUR
  •  
  • Chocs des ondes
    14.00 EUR
  • Une question de temps
    13.00 EUR
  • G.R. Le livre de la haine
    14.00 EUR