Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Ca va aller
Cynamon Goldengerg Sylvie
« J'avais cinq ans en 1942 » : ainsi commence le récit de Sylvie Cynamon Goldengerg, lorsque, le 16 juillet, elle est emmenée par la police française avec Rywka-Raymonde Goldenberg, sa jeune mère de 24 ans, au Vélodrome d'Hiver, puis au camp de Pithiviers. « ça va aller » la rassure Rywka au long de ces journées de cauchemar, jusqu'au moment où on l'arrache à sa petite fille pour la déporter à Auschwitz.

Sylvie Cynamon Goldengerg évoque d'une écriture « naturelle » qui impose sa présence sans avoir à sacrifier au savoir rhétorique, son enfance massacrée, telle qu'elle l'a vécue, c'est-à-dire dans l'incompréhension, au jour le jour, de ce que lui inflige le monde adulte.

Des lettres expédiées du Vel d'Hiv ou de Drancy, à la veille de leur déportation, par sa mère, ses tantes et grands-parents accompagnent son récit.

« Merci pour la délicatesse, la justesse et la sincérité de votre ouvrage. Vous aviez eu, dites-vous, l'ambition d'écrire. Je pense que vous y êtes parvenue dans un style et une économie de moyens que beaucoup d'auteurs vous envieraient », lui a écrit l'auteur dramatique Jean-Claude Grumberg, reconnaissant dans ça va aller « l'écho de sa propre vie familiale ».

Sylvie Cynamon Goldenberg est née en 1937, à Paris ; elle y est demeurée fidèle à son village de la rue des Rosiers. Ca va aller est son premier ouvrage publié.


Format: 14x19
Nombre de pages: 72 pages
ISBN: 978-2-84418-033-9

 

Année de parution : 2002

 

12.00 EUR
disponibilité : Sous 10 jours
Faites votre choix :
Quantité :
Ajouter au panier
Avis des internautes
1 avis
Je me souviens qu'entre moi petite fille et mes trois tantes il y avait une complicité. Je ne les ai jamais trahies. Mon grand-père aurait pu me donner tous les bonbons de la terre, jamais je ne lui aurais dévoilé tout ce que je savais que Tante Fanny et Suzanne faisaient en cachette. Elles allaient se promener avec des garçons, elle se peignaient le visage dès que nous sortions, elles riaient dans la rue. Dès que nous revenions chez les parents, on aurait cru des petites filles comme moi.

Ma grand-mère était très discrète. Je me souviens, elle m'emmenait au lavoir rue des Rosiers. Je la revois accroupie, elle lavait de gros sacs de linge, agenouillée.

Ils habitaient rue Pavée. De leur fenêtre, je voyais la synagogue. Par une autre, perchée sur un tabouret, j'attendais ma mère. Je la voyais monter les marches du métro. Les courants d'air faisaient tourner sa robe autour de ses jambes. Plus tard j'ai repensé à elle devant l'une des plus belles photos de Marilyn Monroe.

Lorsque nous redescendions, je ne comprenais pas pour quelle raison ma mère se retournait souvent, comme si elle guettait quelqu'un.

Et puis un matin ce fut très bizarre. Très tôt deux messieurs sont venus nous chercher. On aurait dit que nous allions partir en vacances. Ma mère faisait une petite valise avec quelques vêtements. Elle avait préparé quelques bigoudis mais un des hommes a dit : « Là-bas, vous n'en aurez pas besoin. »

Elle me sourit mais pas comme toujours.

Nous sommes descendues dans la rue. Il y avait un monsieur de chaque côté de nous.

Après je ne sais plus très bien. ça devait pas être des vacances. Nous avons été quelque part de très grand. Il y avait beaucoup de monde, d'agitation. Plus personne ne parlait. Il n'y avait que des cris et des pleurs. Je me demandais ce que nous faisions dans cet endroit.

Ma mère ne lâchait plus ma main. Je pleurais comme les autres enfants. Elle ne chantait plus. Toujours elle disait : « ça va aller ». Nous sommes restées comme cela très longtemps.

Je crois que nous ne respirions plus. Malgré mon âge, je savais que nous étions en danger.

Plus tard, mais je ne sais pas combien de temps après, nous étions ailleurs. J'entendais les grands dire : « Nous sommes à Pithiviers ». Chaque jour était pire. C'était comme si mon enfance s'était arrêtée. J'ai ressenti un sentiment d'impuissance et de faute quand ma mère pleurait, quand elle a hurlé pour ne pas me quitter. Je n'ai rien pu faire. J' n'avais pas assez de force pour la retenir. Ils n'ont pas écouté ses cris. Ils ont arraché sa main de la mienne. C'était la dernière fois.

Ensuite, on m'a demandé de ne pas pleurer.

On m'a expliqué que je n'aurais pas mal et je me suis retrouvée la tête rasée.

Je ne savais plus comment je m'appelais. Je ne savais pas où j'étais et pourquoi on nous avait fait cela.

Avis des internautes
  • Un récit émouvant et authentique
    Connaissant l'histoire de son auteur, cet ouvrage est d'une authenticité sans faille. Ca le rend d'autant plus terrifiant. Une belle leçon de vie.
    MAURE le 08/04/2015 à 00h52

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Produits similaires
  • Plume - Lettre à un chat disparu
    12.00 EUR
  • Khalil l'hérétique
    12.00 EUR
  • Dieux de la Terre (Les)
    8.00 EUR
  • Mon Liban, suivi de Satan
    9.00 EUR
  • Canal à pied de Nantes à Brest (Le)
    13.00 EUR
  • Passage aux Iles Féroë
    15.00 EUR
  •  
  • Marcher des jours entre l'écume et la dune
    12.00 EUR
  • Promeneur secret (Le)
    15.00 EUR
  • Madone aux vers luisants (La)
    13.00 EUR
  • Ennemi du monde (L')
    12.00 EUR