Bonjour visiteur, vous pouvez vous connecter ou vous enregistrer

Mon Panier
Aucun article dans le panier
 

Recherche

Entrez un mot-clé


 

La dernière critique



Recueil d'une belle communion avec la nature, écriture cristalline comme la première aube de l'humanité, « Je vous écris de mes lointains » de Jean-Pierre Boulic nous emmène dans un superbe voyage de la Parole, par le biais d'une prose admirable.
De ces aubes écrites surgissent des visages (Jean Vuaillat, René-Guy Cadou, Gilles Baudry...) avant que la Vie ne s'invente en petites touches minimalistes : un vieux port, les docks, la rue...
Magnifique !
Nathalie Lescop-Boeswillwald
Je m'appelle Atlantique
Cinq saisons dans la vie de Cécile. Elle a 9 ans et vit dans une province de l'Ouest de la France. C'est l'après-guerre. Cécile la traverse avec la fraîcheur et la curiosité d'un jeune animal rebelle que l'école chrétienne et la famille essaient de dompter. Jeux de miroirs. Cécile cherche son chemin, s'entoure de rites et répète sans cesse qu'elle est faite « de milliers de gouttelettes ». Comme l'Océan Atlantique dont les vagues la soulèvent et l'emportent souvent.Cécile observe ses proches et tous ceux qui gravitent autour d'eux. Poussée par « cette autre petite fille » qui grandit au-dedans d'elle. Puis Cécile rencontre Quentin.

Une histoire simple, qui pourrait se situer n'importe où, servie par une écriture sur le fil.


Format: 12x17
Nombre de pages: 224 pages
ISBN: 978-2-84418-096-4

 

Année de parution : 2006

15.00 EUR
disponibilité : Sous 5 jours
Faites votre choix :
Quantité :
Ajouter au panier
CECILE

Le dit de Cécile :
Avant, j'étais quelque part. Dans un monde sans lumière et sans bruit. Rond. Chaud. Mouvant. Portée par les courants. A cause de ce monde-là, plus tard, je passerais à travers tout : les murs, les plantes, les arbres, le sable, la poussière, les nuages. Quelque chose clapoterait au fond de moi. J'aurais envie de pleurer pour un rien et souvent. Le goût des larmes me rappellerait celui de l'Océan. Une grande lame pleine de vagues me soulèverait, m'emporterait, m'inonderait. Le cœur, la tête, le corps tout entier y passeraient. La mer est faite de milliers de gouttelettes. Moi aussi.
Un matin, j'émergerais de la nuit et du silence. Frêle et fripée. Rouge et minuscule. Inachevée. Avec des lignes bleues entrelacées autour des poignets. Et d'autres lignes bleues dessinées à fleur de peau sur les tempes, là où bouillonne la vie.
Ce serait l'hiver et ce serait la guerre.
Mon père s'appellerait Yves, ma mère Irène. Je les aurais choisis depuis longtemps. Depuis Avant. Et même au-delà. Avant le monde sans lumière et sans bruit qui était le mien.
Moi, on m'appellerait Cécile. J'aurais une famille dans laquelle je me sentirais bien, un pays, une maison. Entre les murs de la maison flotterait une odeur que je reconnaîtrais entre toutes: mélange de brume, d'herbe coupée, d'eau salée, de sable et de vase.
Ce serait ma maison et je l'aimerais. J'en aurai d'autres mais c'est elle que je préférerais.
Je deviendrais alors une petite fille pleine de rires et de larmes. A cause de ces drôles d'années de cendre qui me voleraient mon enfance. Je grandirais. Je retrouverais parfois le monde d'Avant. Flou. Fugitif. Je le toucherais du doigt. La mer ne m'aurait pas quittée, elle sommeillerait seulement au fond de moi
Je m'endormirais avec elle et la petite fille que je serais devenue pleurerait sans bruit au matin :
- Je m'appelle Sarah.
Et j'ajouterais :
- Je m'appelle Atlantique.
Puis j'oublierais.

Le dit de Cécile.
J'ai six ou sept ans, je me promène souvent dans ma mémoire juste avant de m'endormir. J'avance pas à pas. Je retourne à des odeurs familières, odeurs de sureaux et de hannetons, odeurs de groseille et de laurier. Je leur dis à voix basse ma crainte de ne plus les retrouver et puis je les rassure et je me rassure " je reviendrai...je reviendrai... ".
Je remonte plus loin encore, les yeux fermés. J'ai l'impression d'avoir vécu depuis longtemps. Je veux tout prendre, tout retenir, tout garder dans mes bras. Pour qui ? Pour quoi ?

J'ai huit ou neuf ans, je suis prise au piège dans cette vie. Je sens grandir la petite fille qui est en moi. Elle frappe, se débat, veut me parler, se hisse jusqu'à la hauteur de mes yeux, à l'intérieur de moi. Elle veut sortir. Elle veut dire.
Elle dit "Ecris".
Je suis prête, je sors mon carnet à spirale caché sous mon oreiller avec le crayon de bois coincé dans la spirale. Je m'assois dans mon lit, suce la mine du crayon et j'écris ce qu'elle dit et ce qu'elle voit par mes yeux : une eau trouble entre les hautes herbes, des gens qui courent et puis des chiens qui flairent ses traces, des voix qui surgissent de partout autour d'elle - et de moi ?-
J'écris toute la nuit. Poussée par la petite fille qui est en moi et qui est capable de rester des heures, des jours, des semaines et des mois sans bouger, sans m'appeler, sans rien me demander que d'être là et d'attendre qu'elle se lève et regarde par mes yeux.

J'écris depuis des années.

Avis des internautes
Soyez le premier à donner votre avis sur ce produit

Donnez votre avis sur ce produit
Nom*
Email
Titre*
Votre vote: Votre note
Votre message*
Envoyer mon commentaire
Articles conseillés
  • Je, femme d'immigré
    15.00 EUR
Produits similaires
  • Je, femme d'immigré
    15.00 EUR
  • Orchestre des étoiles (L')
    15.00 EUR
  • Quinze joies de mariage (Les)
    15.00 EUR
  • Sceau d'améthyste (Le)
    13.00 EUR
  • Exilée, Adèle Hugo (L')
    15.00 EUR
  • Femme pauvre (La)
    18.00 EUR
  •  
  • Désespéré (Le)
    18.00 EUR
  • Chronique du bel été
    15.00 EUR